Séance d’écoute aux RIDM – n°21 – RADIO SYRIA

Samedi 11 novembre 2017
15h30 @ 18h
Salle Fernand Seguin
Cinémathèque québécoise
335 Bb de Maisonneuve E
MONTRÉAL

Le collectif des Soirées d’Écoute Publique vous invite de nouveau cette année à découvrir la fine fleur de la création sonore et radiophonique lors d’une écoute au long cours, dans la pénombre d’une salle de cinéma aux RIDM. Un programme double présentant le court métrage lauréat 2017 du concours canadien Le réel à l’écoute, co-organisé avec CHOQ.ca, suivi d’un long métrage belge particulièrement saisissant. Une séance sans images où l’imaginaire se confronte au réel. Le tout en présence des réalisateurs!

Suivez-nous ensuite à RIDM | Remise de prix du concours “Le réel à l’écoute” à 17h!

DU GAZ DANS LE SANG
Éloïse Demers Pinard & Nicolas Lachapelle / Canada / 2017 / 5 min / français
Au Demolition Derby des Bergeronnes, sous couvert de musique rock assourdie par le bruit des moteurs et les cris de la foule, des voitures se fracassent, des pneus éclatent, des carrosseries se tordent et des moteurs prennent feu. Cette année, quatre femmes sont dans l’arène de sable.

RADIO SYRIA: BRISER LE SILENCE
Maëlle Grand Bossi & Cyril Mossé / Belgique / 2017 / 51 min / arabe (syrien), français
Ils sont syriens, réfugiés en Belgique. Ils nous restituent leurs récits, des premiers soulèvements, en 2011, à la guerre. Alors que les violences s’intensifient, ils font face.

Programme

2 réflexions au sujet de « Séance d’écoute aux RIDM – n°21 – RADIO SYRIA »

  1. Bonjour,
    Je me demandais d’où venait la photo que vous avez utilisée pour illustrer la séance d’écoute de Radio Syria que je trouve très belle.
    Pensez-vous que je puisse l’utiliser pour illustrer un projet de correspondance radiophonique que je mets en place avec mon association l’attrape-voix?
    Merci d’avance de votre réponse,
    Léonie Tosi

    • Merci pour votre message, désolé du délai de réponse.
      La photo a été prise par un des deux réalisateurs du documentaire, Maëlle Grand Bossi, lors des enregistrements avec les participants syriens. Le mieux serait de lui demander son accord.
      Olivier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *